Les étudiants en quête de sens

La pandémie a provoqué un arrêt brutal de la vie étudiante, isolant de nombreux jeunes, qui souvent présentaient déjà des fragilités psychologiques et économiques. Mais la crise sanitaire a aussi accentué chez eux une prise de conscience sur leur mode de vie en général, avec un besoin de se sentir utile. Focus sur cette génération en quête de sens.

Une jeunesse durement affectée en reconstruction

De moins en moins confiants dans l’avenir, les générations Y et Z aspirent dans leurs études comme pour leur futur emploi à plus d’autonomie, et surtout à plus d’engagement. Un constat qui s’intensifie en situation de crise comme aujourd’hui. Moins individualistes que leurs aînés, les 15-25 ans sont plus pragmatiques concernant leur mode de vie, leurs liens sociaux et ressentent un besoin impérieux de donner un sens à leur vie.

De nombreuses associations étudiantes ont vu le jour ces dernières années, pour valoriser l’entraide entre étudiants. Certaines écoles ont même intégré dans leur cursus la création d’association, de projet engagé ou encore entrepreneurial (BDE, BDS, Juniors-Entrepreneurs, associations humanitaires, …). L’engagement est valorisé au sein de la scolarité, pour encourager les initiatives et l’épanouissement dans la réalisation d’un projet personnel.

S’engager pour se sentir utile

De nombreux étudiants aspirent donc à se lancer dans l’associatif et l’humanitaire. Et pour cause : s’engager présente de nombreux avantages ! En soutenant un projet solidaire :

  • on se sent utile, 
  • on s’épanouit, 
  • on développe son esprit d’entreprendre,
  • on crée du lien et on s’intègre plus facilement.

Avoir un métier utile à la société

Et cette quête de sens ne s’arrête pas à la porte des écoles. L’enquête moijeune de OpinionWay indique que 70% des jeunes placent « le sens » du métier exercé dans leurs principaux critères de choix, devant la rémunération (62%).

Les étudiants privilégient donc les entreprises qui s’engagent dans des actions sociales, environnementales ou d’intérêt général. L’Économie Sociale et Solidaire (ESS) est naturellement un secteur qui les séduit, car il contribue à faire bouger la société actuelle. 

Pour séduire cette génération en quête de sens, une entreprise doit donc présenter une vraie politique sociale et solidaire. Mais elle devra aussi faire preuve d’authenticité, d’exemplarité, et proposer une culture d’entreprise qui valorise l’humain. Travailler, oui, mais tout en s’épanouissant personnellement.

Comment agir, concrètement ?

Comment un étudiant motivé peut-il trouver des projets concrets à soutenir ou lancer une initiative personnelle qui lui tient à cœur ? Où trouver les financements ?

C’est là tout l’engagement de GlobeDreamers : au quotidien, nous aidons des porteurs de projets à concrétiser leur objectif. Nous les mettons en contact avec des entreprises engagées dans une démarche de RSE, prêtes à monter avec eux des projets solidaires, engagés.

Ce que nous offrons, c’est un accompagnement pas à pas, pour cadrer le projet, communiquer efficacement avec un contenu adapté jusqu’à l’aboutissement de l’opération solidaire. Un voyage humanitaire à Madagascar pour favoriser la permaculture, un tour de France pour nettoyer les GR, ou un voyage de 20 000 km pour faire changer le regard sur le handicap… Quel que soit votre projet, nous sommes là pour vous aider à le réaliser !

Ces publications peuvent vous interesser aussi